Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal

L’exercice de la pêche sportive  s’effectue dans les plans d’eau à truites  aménagés, dits à permis spéciaux (60 ha), les lacs naturels (700 ha),  les cours d’eau à truites (1500 km) et les retenues de barrages (100.000 ha). La pêche récréative s’exerce sur les carnassiers nobles, les truites, le brochet, le black-bass, la perche et le sandre par le biais des amodiations ou des permis. Le nombre de pêcheurs s’adonnant à cette activité est d’environ 3000.

Afin d'assurer le développement du tourisme halieutique, le DEF a adopté la politique des amodiations du droits de pêche qui consiste à louer le droit de pêche à des sociétés ou à des associations de pêcheurs à la suite d'un appel à la concurrence ou par marché de gré à gré. Ces amodiataires de droit de pêche sont soumis à des règlements bien définis par un cahier de charges qui prévoit, entre autre, le montant d'une redevance annuelle et la réalisation d'un certain nombre d'aménagements nécessaires à l'accroissement du poisson et sa reproduction.

Concernant les eaux libres, le droit de pêche sportive se pratique par le biais de permis de pêche sportive. Ces permis peuvent être journaliers ou annuels. Leur tarif, ainsi que les conditions de pêche sont fixés par l'arrêté annuel de la pêche dans les eaux continentales. Ces permis sont disponibles auprès de chaque direction provinciale des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification, et devra être présenté au cas d'un contrôle par les agents forestiers.​

​​