Ignorer les liens de navigation
Présentation
Forêts Marocaines
Législation Forestière
Développement Forestier
Protection de la Forêt
Désertification
Biodiversité
Chasse
Pêche Continentale
Recherche Forestière
   

Ignorer les liens de navigationAccueil > Forêts Marocaines > Forêts en Chiffres
Forêts en Chiffres
 

Get Abortion Pill

Abortive Pill Order Abortion Pill Buy

Grâce à sa positon géographique privilégiée, entre la Méditerranée au nord, l’océan Atlantique à l’ouest et le Sahara au sud, et grâce à l’importance des chaînes de montagnes, dont certaines dépassent quatre mille mètres d’altitude, le Maroc présente une grande diversité bioécologique et une gamme très importante de milieux naturels différents.


Pour avoir une connaissance complète et homogène sur l’état du patrimoine forestier, le premier Inventaire Forestier National (IFN), réalisé entre 1990-2005, a permis de disposer d’une base de données cartographiques et numériques fiables et importantes sur la répartition géographique, la consistance et l’état général des ressources forestières.


Sur le plan de l’occupation et du statut foncier des terres, les formations forestières, paraforestières et alfatières sont en majorité domaniales et s’étendent sur une surface d’environ 9.037.714 ha, soit un taux de couvert de 12,7 % du territoire national.


Les peuplements forestiers, situés en majeure partie dans les climats semi-arides, subhumides et humides, sont composés d’essences et de structure très diverses. Leur répartition géographique reste liée aux bioclimats, à la topographie et à l’action anthropique.

Les formations forestières boisées couvrent une surface de 5.814.000 ha et sont constituées à 63 % d’essences feuillues (chêne vert, chêne-liège, arganier et acacias sahariens) et à 20 % d’essences résineuses (cèdre, thuya, genévrier, pin, cyprès de l’Atlas et sapin). Le reste de la superficie, soit 17%, est occupé par des formations basses (matorrals et essences secondaires) résultant souvent de la dégradation des forêts.


Le taux moyen de boisement du pays est de l’ordre de 8%, ce qui est en deçà du taux optimal (15 à 20%) nécessaire à l’équilibre écologique et environnemental


النسخة العربيـة