Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal

Vous êtes ici :

Département des Eaux et Forêts > Biodiversité > Gestion de la Biodiversité > Parc National d'Iriki

Le Parc National d’lriqui occupe l’espace entre l’oued Draâ et la retombée Sud de l’Anti-Atlas, dans les provinces de Zagora et de Tata.

Le parc est caractérisé par des paysages désertiques typiques du Sud marocain. En période humide, le lac d’lriqui, zone humide temporaire, constitue un lieu d’escale et d’hivernage de nombreux oiseaux d’eau migrateurs (flamant rose, foulque et oies) et confère au parc un caractère écologique important. La réhabilitation de cette zone humide est l’un des principaux objectifs de création du parc.

La végétation est représentée par une steppe arborée et par une savane d’Acacia raddiana. Les milieux dunaires sont essentiellement couverts par le Tamarix.

Le parc national d’lriqui abrite une faune variée représentée par la Gazelle dorcas, le Mouflon à manchettes, la Hyène, l’outarde houbara, mais également par un grand nombre de reptiles tels que le Lézard, le Céraste, le Varan, le Caméléon, le Gecko et différents types de serpents. La reconstitution et la réintroduction prévues de certaines espèces rares disparues de la faune saharienne telles que l’Oryx, l’Addax et l’Autruche à cou rouge conférera à la région une valeur inestimable.

A part quelques familles sédentaires à l’intérieur du parc, l’ensemble de la population de la zone est constituée de nomades. Ces derniers, pour la plupart originaires de M’hamid El Ghouzlane pratiquent la transhumance le long du circuit Figuig - TanTan. La zone d’lriqui est le principal lieu de pacage en raison de ses bonnes potentialités pastorales.

La richesse des paysages et du patrimoine culturel de la région confère à ce parc un potentiel écotouristique important qui constituera un levier pour le développement économique local. Par ailleurs, le parc national d’lriqui s’inscrit dans l’effort de développement des circuits touristiques du grand sud, qui relient Merzouga, Zagora, M’Hamid El Ghouzlane, Foum Zguid, Tata Guelmim et Tan Tan. On observe aujourd’hui un élan touristique remarquable du tourisme de découverte et d’aventure sur ces régions, à même de constituer à terme, un levier important de promotion et de valorisation des espaces sahariens.

 
 
 
 
​​​​