Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal

Vous êtes ici :

Département des Eaux et Forêts > Incendies des Forêts - Stratégie de gestion

​​​

A. Aperçu historique /Dates saillantes

2001 : le premier plan directeur de la prévention et de lutte contre les feux de forêts a été élaboré avec la participation de l’ensemble des partenaires concernés. Ce programme d’action pluriannuel porte sur le renforcement des infrastructures de base (prévention, prévision et alerte) et la mobilisation des capacités humaines et matérielles pour l'extinction.

2005 : Le recours régulier aux supports médiatiques nationaux en vue de communiquer autour des incendies et pour sensibiliser le grand public aux risques et répercussions des incendies de forêts.

2009 : élaboration et mise en place d’une cartographie de risques dynamiques couvrant l’intégralité du territoire national, et sa mise en ligne via une application web. Elle est établie en fonction des conditions météorologiques, et fait objet d’une actualisation deux fois par jour, permettant d’énoncer les sites à haut risque d’éclosion et de propagation des feux.

Création d’une base de données historiques (de type alphanumérique) par une saisie informatique rétrospective des « fiches incendie de forêt » à l’échelle nationale, se rapportant à une période de référence suffisamment longue (1997-2004). Depuis, elle est alimentée directement par les entités extérieurs via une interface web créée à cette fin.

Mise en place d’une base de données géographique, couvrant une période plus récente, à partir des coordonnées GPS du point d’éclosion et de la délimitation du périmètre de l’incendie lorsque celui-ci est connu. Cette base de données permet de définir :

  • Les communes à risque au travers d’un indice appelé RMA ( Risque Moyen Annuel)
  • Les paramètres locaux favorisant l’éclosion (végétation, proximité des axes de circulation, etc.)

B. Cycle de gestion des risques

Dans un contexte d’adaptation au changement climatique, une nouvelle stratégie nationale de prévention et de lutte contre les incendies de forêt a été élaborée afin d’actualiser le plan directeur de 2001.

La stratégie adoptée par le Département des Eaux et Forêts, en partenariat avec l’ensemble des intervenants concernés (le Ministère de l’Intérieur, la Protection Civile, la Gendarmerie Royale, les Forces Armées Royales, les Forces Royales Air, les Forces Auxiliaires, les Autorités Locales, le Ministère de l’Équipement et du Transport, l’Office Nationale des Aéroports) peut être résumée selon le cycle de gestion de feux de forêts suivant :

cycle incendie 2008.jpg

 

a. Prévention

La prévention englobe toutes les actions qui visent la résorption des conditions favorisant les éclosions des incendies, il s’agit principalement de :

  • La sensibilisation du grand public aux dangers des incendies et aux mesures de prévention : diffusion de spots de sensibilisation sur les chaînes des télévisions et d’annonces à la radio, conférences de vulgarisation au niveau des douars, des souks, etc.
  • L’interdiction des activités forestières qui font usage du feu en forêts (en saison estivale)
  • L’intervention auprès du Ministère de l’Équipement et du Transport, de l’ONCF et de l’ONE pour l’entretien et le débroussaillement des accotements des routes, des voies ferrées et des emprises de lignes de haute tension traversant les massifs forestiers.
  • Le lancement d'opérations sylvicoles et d'entretien des plantations.
  • Le renforcement des infrastructures et des équipements en milieu forestier tels que : voies d'accès, points d'eau, pistes forestières, tranchées pare-feu.

b. Analyse des risques

Cette composante comprend les actions permettant de prédire l’incendie afin de déclencher en temps réelle de processus d’alerte et de première intervention, en vue de combattre tout départ de feu avant qu’il prenne de l’ampleur et aussi pour en limiter l’extension. Lorsque l’incendie devient violent, il est difficile de le combattre et ceci exige l’engagement de moyens plus lourds. L’objectif de l’analyse des risques d’incendies de forêts est de servir en tant qu’outil d’aide à la décision en vue de permettre :

  • La définition de priorités en matière d’investissement, notamment pour ce qui concerne les infrastructures, les équipements et les opérations d’aménagement anti-feu en milieu forestier, peut être appuyée par une cartographie des risques « structurels » (détermination des secteurs à risque)
  • Le renforcement du dispositif de surveillance, la mobilisation préventive et le pré-positionnement des moyens d’intervention, destinés à favoriser la détection précoce et l’intervention rapide sur les feux naissants, peut être appuyée par une cartographie des risques.

c. Préparation

Cette phase, d’une importance capitale, englobe aussi bien les activités propres au Département des Eaux et Forêts que celles réalisées dans un cadre partenarial avec l’ensemble des acteurs concernés par la prévention et la lutte contre les incendies de forêts :

  • En interne : contrat programme, vérification des équipements (matériel roulant, petit matériel de lutte, habillement du personnel de lutte, moyens de communication et de positionnement, matériels de campement, produit retardant) et des infrastructures DFCI (Défense de la Forêt Contre les Incendies de forêts)
  • Avec les partenaires : communication et sensibilisation, débroussaillement et nettoiement (bandes de sécurité des infrastructures publiques et privées situées à proximité ou dans les forêts), coordination au niveau des wilayas et des provinces, finalisation et mise en place du dispositif de prévention et de lutte avec les partenaires.

d. Intervention

Il s’agit de toutes les actions visant la limitation de la progression du feu, il englobe les dispositions prises pour se doter du matériel nécessaire pour rendre les équipes de lutte opérationnelles, et aussi l’ensemble des procédures mises en place pour partager et définir les rôles et l’ordre de marche de l’ensemble des intervenant.

e. Réhabilitation

La réhabilitation des zones brûlées consiste en une série d'actions à réaliser sur le court et sur le long terme en fonction de l’analyse de la sévérité de l’incendie et aussi en fonction du diagnostic post-incendie basé sur des critères indicateurs de la survie ou de la mort différée de l’arbre.

Juste après le passage du feu, les actions sont envisagées pour pallier les risques nés de l’incendie, il s’agit principalement de la mise en place d’action visant à protéger le sol de l’érosion et la mise en défens de la surface brûlée. À plus long terme, en fonction des conditions naturelles et socio-économiques, la reconstitution du peuplement forestier s’appuiera :

  • Soit sur la régénération naturelle (par rejets de souches, drageons ou semis)
  • Soit sur la régénération artificielle (par plantation de plants élevés en pépinières).

La stratégie d’intervention repose sur une procédure opérationnelle, graduée à quatre niveaux d’intervention et qui définit d’une manière claire les attributions de chaque partenaire depuis l’alerte jusqu’à la maîtrise de l’incendie. Cette Procédure définit, qui fait quoi, comment, quand et pourquoi. Elle permet la centralisation de l'alerte et la coordination des interventions contre les incendies de forêts:

  • Le premier niveau repose sur une gestion rapide, et une prise en charge du départ de feux par les services du Département des Eaux et Forêts, moyennant des véhicules de premières interventions (V.P.I) et les éléments de la Protection Civile.
  • Le deuxième niveau est renforcé, en cas de besoin, par le recours avions Canadairs d’une capacité de 6 Tonnes des Forces Royales Air pour étouffer les feux à leur naissance et aussi par la mobilisation des Forces Auxiliaires pour circonscrire le feu au sol, protéger les populations locales, les biens et les équipements sensibles.
  • Si le feu n’est pas maîtrisé et continue à progresser, ce sont les Forces Armées Royales, appuyées par les avions de la Gendarmerie Royale (Turbo Trush) de capacité 1,5 à 3 tonnes, qui interviennent au 3ème niveau.
  • Lorsque l’ampleur du feu devient difficilement maîtrisable par les moyens nationaux, le recours à l’assistance internationale pour renforcer la flotte nationale intervenant dans la lutte aérienne contre les feux de forêts est sollicité.
Figure 1 procédure opérationnelle d’intervention contre les feux de forêts.jpg
Figure 1: procédure opérationnelle d’intervention contre les feux de forêts


Figure 2 Organisation du poste de commandement.jpg
Figure 2: Organisation du poste de commandement

La montée en efficacité des interventions sur le terrain est renforcée davantage par l’outil cartographique de prédiction d’éclosion et de propagation du feu dans les zones à risques majeurs. Ainsi, l’objectif de la cartographie des risques est d’être un outil d’aide à la décision pour satisfaire les deux premiers types d’actions :

  • La définition de priorités en matière d’investissement, notamment pour ce qui concerne les infrastructures, les équipements et les opérations d’aménagement anti-feu en milieu forestier, peut être appuyée par une cartographie des risques « structurels » (détermination des secteurs à risque),
  • Le renforcement du dispositif de surveillance, la mobilisation préventive et le pré-positionnement des moyens d’intervention, destinés à favoriser la détection précoce et l’intervention rapide sur les feux naissants, peut être appuyée par une cartographie des risques « conjoncturels » (prévision des périodes de risque).

Les cartes de risques dynamiques, mises en ligne dans une application web (www. sysfeu.com) et actualisées deux fois par jour, énoncent les sites à haut risque d’éclosion et de propagation des feux, auxquels des priorités leurs en sont réservées en matière de déclenchement d’alertes et de pré-positionnement des moyens d’intervention de tous les départements impliqués.

C. Coopération internationale

Le Département des Eaux et Forêts développe et noue des relations de coopération avec des institutions et organisations internationales en matière de lutte contre les feux de forêts, touchant plusieurs aspects :

  • FAO: Nouvelle stratégie nationale de protection des forêts contre les incendies et plans Territorialisés (Zone pilote : Tétouan).
  • USFS: Renforcement des aspects opérationnels du Centre National de gestion des Risques Climatiques Forestiers (CRCF).
  • EFFIS: Harmonisation des techniques et méthodes de gestion de la base de données (BD) des incendies.

EFFIS: Food and Agriculture Organization of the United Nations
USFS: The United States Forest Service.
EFFIS: The European Forest Fire Information System.


​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​